Blog

Le handicap d’un proche, une charge familiale impactante pour la vie professionnelle

Cela ne vous a pas échappé, nous sommes en pleine Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées (SEEPH). Il nous semblait important de prendre la parole sur ce sujet qui nous concerne quasiment tous, à un moment où à un autre.

Quand on pense au terme de « charge familiale », on pense principalement au fait d’être parent,  que ce soit de façon descendante – avoir des enfants – ou ascendante – être « aidant » auprès d’une personne âgée. Et en effet, ces deux situations, même dans le cas où elles sont « classiques », c’est à dire sans complication particulière, sont responsables d’une forte charge mentale et organisationnelle qui impacte le quotidien professionnel.

 

Alors imaginez un peu que le handicap vienne se greffer à tout ça …

Qu’il soit visible ou invisible, considéré comme un handicap ou comme une « pathologie », un « syndrome », une « maladie », bien pris en charge ou synonyme de parcours du combattant, touchant un enfant, un conjoint, un parent quelqu’il soit, il est TOUJOURS une charge forte, préoccupante et permanente.
L’inclusion du handicap au sein des entreprises fait du chemin, heureusement, il était temps. Les initiatives prennent de l’ampleur, le sujet est enfin au coeur des stratégies humaines et économiques des organisations. La SEEPH en est la preuve vivante ; il faut absolument persévérer et aller encore plus loin !

 

 

Mais qu’en est-il de ceux qui ont la charge de personnes porteuses de handicap ?

 

Ont-elles la place et l’occasion de s’en ouvrir au sein de leur entreprise, de leur équipe ? Ont-elles droit a une organisation particulière ? Comment sont-elles considérées ? Osent-elles parler ? Leur inclusion à elles dans le monde du travail est-elle repensée, prise en compte, adaptée ?
Le sujet des « aidants » est axé principalement sur les personnes âgées dépendantes, mais il concerne aussi les conjoint(e)s, les enfants, les proches, dont il faut s’occuper et prendre soin quand ils sont confrontés a la maladie ou au handicap.
Ces collaborateurs qui ont la charge du handicap sans en être porteurs eux-mêmes doivent absolument être pris en considération et leur situation doit être intégrée à la stratégie des équipes. A l’heure notamment où les pathologies des enfants sont de plus en plus reconnues, où les troubles autistiques, de l’attention ou « dys » deviennent des priorités sociétales importantes, nous ne pouvons plus, les entreprises ne peuvent plus fermer les yeux sur ceux qui en ont la charge.

Nous travaillons dans ce sens chez Nova Vitam. Au-delà de cette reconnaissance du handicap et de ses difficultés qui nous tient très à coeur, de la prise en compte, enfin, de nos différences à tous et de la diversité que cela entraîne, nous portons le projet d’un management qui s’adapte à ceux qui en ont la charge personnelle.

 

Le manager au coeur de ces enjeux

C’est lui qui, de part sa fonction intermédiaire et de lien primordial entre les différentes strates de l’entreprise, porte le bon fonctionnement, l’efficacité de l’équipe et le bien-être de ses membres. Leurs charges familiales l’impactent donc forcément et il doit aujourd’hui être accompagné et formé pour gérer les contraintes que cela impose, individuellement et collectivement.

 

On ne peut plus dire qu’on ne souhaite pas connaître la situation privée d’un collaborateur ni que ce n’est pas à l’entreprise de s’en occuper. On n’en est plus là, socialement et économiquement ; car si ces charges sont vecteurs de stress, de grande fatigue et de mal-être, elles ont également une influence directe sur la productivité de l’organisation.
Peu importe de quel bout le sujet est pris, tant qu’il est pris avec respect, bienveillance et lucidité.

 

 

Bougeons les lignes ensemble et ouvrons les enjeux de l’inclusion et de la diversité aux aidants de personnes en situation de handicap !