Blog

La conciliation vie pro / vie familiale est l’affaire de tous

Témoignages

Entreprises, services RH, salariés-parents, médecins, professionnels de la périnatalité, pouvoirs publics, tout le monde a sa pierre à apporter à l’édifice pour que les lignes bougent et que les choses évoluent.

Les cinq témoignages que nous vous proposons vont dans ce sens ; nous devons tous avancer main dans la main car l’intérêt d’un meilleur équilibre des temps de vie est indéniable pour chacun des acteurs.

Charles Bouaziz, CEO d’Ontex

“Aujourd’hui, en tant que chef d’entreprise, on ne peut plus nier le fait qu’un salarié qui se sent bien dans son entreprise est avant tout un atout pour l’entreprise en question. Le bien-être au travail est une source indéniable de performance économique, n’ayons pas peur des mots.

Quand on a compris cela, le lien avec la conciliation vie professionnelle / vie personnelle est vite fait, et on ne peut plus ignorer que nos collaborateurs sont – aussi – des parents quand ils le sont.

Certaines dispositions comme le télétravail sont en train de se démocratiser et enfin nous prenons conscience en France que cette flexibilité n’est pas un frein, et bien au contraire. Cela soulève ensuite plusieurs questions: que mettre en place en plus, spécifiquement pour les salariés-parents ? Comment ? Avec quelles priorités ? Sur ces points-là encore, certaines organisations souhaitant opérer une transformation managériale doivent être accompagnées et formées, c’est un véritable besoin.”

Aurélie Sentout – RH chez Balguerie Groupe

« Il est primordial, pour que nos collaborateurs se portent bien au travail, que nous les accompagnions et les soutenions dans leur vie personnelle et notamment leur organisation familiale.

Il faut être conscient que tous ces accompagnements et cette prise en charge de la parentalité au travail attirent les talents et les fidélisent. Pour autant, les actes doivent suivre, car il ne s’agit pas de simplement le dire, il faut des actions concrètes pour les accompagner au mieux.

Nous sommes à l’écoute naturellement, d’un collaborateur avec des enfants à charge qui se retrouve dans une situation de déménagement après une séparation, avec des contraintes de transports scolaires ou de garde. Nous avons également mis en place dans l’une de nos sociétés, des réservations de places en crèche, ce qui, comme chaque parent le sait, est parfois un vrai parcours du combattant. Tant dans l’aide au logement, que dans l’accompagnement d’une reprise après un congé maternité, ou qu’encore au quotidien, nous essayons d’apporter de la souplesse, de la compréhension et de l’information dans nos échanges.

Il existe des aides pour l’entreprise, il ne faut pas se décourager ou avoir peur de quelques lourdeurs administratives, et profiter de ces avantages pour les mettre à profit lorsque nous pouvons le faire. Toutes ces petites actions font partie de notre quotidien de RH et contribuent à la satisfaction de nos collaborateurs, à leur confiance et le bien être qui est également primordial pour la bonne santé de l’entreprise. »

Véronique Cayol, gynécologue-obstétricienne à Paris

« Au tout départ, la confirmation de la grossesse dans mon cabinet ne génère pas beaucoup de questions d’ordre professionnel de la part du couple. Les questions viennent beaucoup quand les femmes annoncent leur grossesse au travail et qu’elle est mal prise.  Dans ces cas-là, quand les milieux sont très hostiles – et cela arrive plus souvent qu’on ne le croit -, je suis amenée à protéger les patientes, à les arrêter.

De tout façon, j’explique toujours à mes patientes qu’elles ne sont pas malades mais qu’elles ne font pas rien non plus, elles fabriquent un bébé et c’est normal qu’elles soient fatiguées et qu’elles ne puissent plus faire tout ce qu’elles faisaient avant. Cette idée doit passer aussi au sein des entreprises, sans pour autant en faire un problème. Tout est une question d’adaptation.

Parfois aussi, les femmes enceintes s’inquiètent et anticipent de mauvaises réactions de leur employeur ou de leurs collègues, alors que cela se passe bien.

Mais dans tous les cas, je dirais que c’est une grosse préoccupation pour environ 1/4 de mes patientes, et c’est beaucoup. Il faudrait vraiment que ce soit plus fluide, et que l’annonce d’une grossesse soit mieux prise du côté de l’entreprise, et moins synonyme d’angoisse ou d’idées préconçues du côté des femmes enceintes. Cela fait partie de la vie, depuis toujours, et il faudrait vraiment que ça ne soit plus une source de conflits. »

Marie, 30 ans, cadre supérieure dans une grande entreprise, 1 enfant

“Dans mon entreprise, les conditions de travail sont assez flexibles, ce qui est très appréciable, encore plus depuis que j’ai ma fille, qui a aujourd’hui un an. Télétravail jusqu’à deux jours par semaine, RTT, horaires souples, j’arrive du coup à concilier ma vie professionnelle et ma vie familiale sans trop de difficultés.

Mais voilà, même si j’ai un bon poste et un métier que j’aime, je ne me sens plus en phase dans mon environnement professionnel, dans cette entreprise, et je ne suis pas particulièrement heureuse dans mon job. J’aimerais en changer et chercher ailleurs.

Vous voyez mon dilemme de quitter une boîte où les conditions de travail sont attrayantes mais dans lequel je ne me sens pas vraiment bien ? Il faudrait absolument une meilleure visibilité des entreprises qui intègrent la parentalité dans leur management, de façon concrète, pas seulement comme un affichage. Qu’on sache où les trouver et comment les contacter. Là, je ne rêve que de ça !”

Alexandre, 36 ans, Haut-Fonctionnaire et manager, 2 enfants

“La conciliation des différents temps de vie n’est pas que l’histoire des mères. J’ai moi-même deux enfants en bas âge et il a toujours été clair que ma vie de famille ne serait pas sacrifiée à ma vie professionnelle. Pour autant, j’ai de l’ambition et envie de réussir ma carrière.

Je manage aujourd’hui huit personnes, ai moi-même des chefs bien évidemment, et cette situation intermédiaire n’est pas toujours simple à gérer, notamment sur les questions de conciliation vie pro / vie perso, qui n’est pas un sujet réservé au secteur privé.

Au sein de mon équipe, j’encourage fortement à prendre son congé paternité, à ne pas mettre de réunions trop tôt ou trop tard, à faire en sorte que ça ne soit pas toujours la mère qui prenne un jour enfant malade, etc. et j’essaye de me l’appliquer à moi-même. Le télétravail aussi, il faudrait que ce soit bien plus institutionnalisé, notamment dans le public où l’accès aux réseaux à distance n’est pas encore assez généralisé.

Ce n’est bien évidemment pas simple tous les jours, que ce soit pour les managers ou les collaborateurs. Cela demande des compromis et beaucoup de communication.

Parfois, cela n’est pas très bien vu de ma hiérarchie non plus, mais il me paraît important de continuer à faire passer ces messages. Espérons qu’un jour ce soit la norme !”

Nous partageons ces constats chez Nova Vitam. Ils sont même les piliers de notre cabinet de conseil et de nos engagements. C’est pourquoi nous proposons des offres pour co-construire, ensemble et avec tous les acteurs concernés, la réussite de la conciliation vie professionnelle / vie familiale.

 

Un grand merci à nos cinq interlocuteurs pour leur temps et nos précieux échanges.